esprit_de_biere1

Comme l’orge se transforme au fil des rencontres (l’eau, le feu, la levure, etc.), l’homme se transformerait-il au gré de ses rencontres, fortuites ou non? À partir de curieuses expériences scientifiques, Claudio Pazienza parle de la bière, de ses transformations et ses recettes, mais détourne peu à peu le sujet vers ce qui l’intéresse: son père. Déambulation étrange et surréaliste qui réconcilie l’art et la science avec un raffinement exquis.

ESPRIT DE BIÈRE de Claudio PAZIENZA – 2000, Belgique, 52′

Radiographie d’un verre de bière, de l’homme qui le boit et du décor où celui-ci a décidé de l’avaler.
Depuis plusieurs millénaires, un liquide amer, d’une couleur parfois jaunâtre, parfois ambrée, voire très foncée, entre dans le corps. Avalée, cette substance parcourt, à une vitesse variable, 25 centimètres d’œsophage, puis se décante dans l’estomac.
Depuis plusieurs millénaires, le trajet de ce liquide est resté inchangé : de l’estomac, il se déverse dans 7 mètres d’intestins puis s’agite, accélère, décélère, se décompose, s’infiltre…
Depuis plusieurs millénaires – à vessie pleine –, un liquide différent de celui qui est entré par la bouche sort par là.

Brune ou blonde, la bière exalte et endort, dispense la grosse gueule ou la gueule de bois. Elle unit et sépare. Elle résume des gestes, des désirs et des échecs. Elle a une mémoire.
La bière, on la fréquente et on l’absorbe. En nous elle se transforme et nous transforme à son tour. Elle engendre des minuscules utopies, le temps d’une nuit.
D’une certaine manière elle résume ainsi l’étrange rapport qu’on a aux choses, au monde : on l’avale sans vraiment savoir ce que c’est et de quoi elle se compose. C’est une substance à la fois évidente et confuse.
Essai d’archéologique liquide mêlant pédagogie buissonnière et quête de soi, Esprit de bière mène son enquête autour de ce breuvage doré comme un commissaire le ferait autour d’un fait divers. La bière y est donc d’abord analysée comme substance, comme matière (réelle, chimique, physique,..). Ensuite, c’est son cycle qui fera l’objet d’une attention toute particulière. Cycles qui interpellent l’homme dans ses désirs de liens et d’échanges. Cycles qui rappellent comment – même la bière – peut être une matière à (se) penser.

Mention au Festival Filmer à Tout Prix, Bruxelles, 2000
Sélectionné en Compétition Internationale au FIDMarseille, 2000
Sélectionné lors de la 2e édition des RISC, 2007

 

Laisser un commentaire