ws_marseillerecyclers-1

Des objets qu’on regarderait comme des animaux, des éléments microscopiques formant un univers entier, des arbres de sel au milieu du désert … Polly Maggoo vous invite à un nouveau rendez-vous ludique et scientifique, pour s’émerveiller et s’étonner de la richesse de la nature et, peu à peu, se sensibiliser à sa fragilité et à la nécessité de la protéger.

 

RELIEF DE L’INVISIBLE, PAPILLON de Pierre-Oscar LÉVY, Gabriel TURKIEH et Jean-Michel SANCHEZ – France, 2000, 3′

Une plongée dans la matière de l’échelle un à l’échelle atomique, à partir d’images réelles de microscopie électronique, avec un traitement numérique qui permet une parfaite fluidité du mouvement.

 

LES ANGES DÉCHETS de Pierre M. TRUDEAU – 2008, Québec/Canada, 5′
Un documentaire animalier sans animaux. La découverte d’une nature faite d’objets inanimés. Une célébration de la vie en compagnie de déchets.

 

MARSEILLE RECYCLERS de Nikki SCHUSTER – 2015, France/Allemagne, 3′

Atelier de réalisation collective avec des enfants et adolescents du Centre Social de la Capelette (Marseille).

PLANET A de Momoko SETO – 2008, France, 7’40

Le monde est devenu une vaste planète desséchée, où la culture du coton exercée à outrance pour des raisons économiques, est la cause principale de la désertification. Un désert salin recouvre des hectares de terrain asséché où apparaissent de curieux arbres de sel. Ce phénomène fait écho à une plus grande catastrophe écologique, la désertification de la mer d’Aral, et toujours l’homme comme responsable…

 

HYAS ET STÉNORINQUES de Jean PAINLEVÉ – 1927, France, 13′

Présentation de ces petits crustacés dont la particularité est de se couvrir, selon leur gré, de colonies végétales ou animales. Convivialité avec leur voisin, le ver spirographe.

DE L’AUTRE CÔTÉ DE LA PLAGE DE Marie DANIEL et Fabien MAZZOCCO – 2011, France, 15′
« Il nous arrive parfois, en allant voir la mer, de traverser un univers de sable et de chaleur, où nos pieds s’emmêlent, où la vie semble impossible, où rien n’est stable, où tout dévale. En nous empêchant d’avancer rapidement dans leur sable, les dunes nous invitent à prendre le temps… et c’est un peu inquiet mais charmé que l’on s’abandonne alors à regarder et écouter. Des odeurs, des traces et des chants ! Le peuple des dunes émerge peu à peu… »

Laisser un commentaire